Lovely Hood, facilitez-vous les échanges de bons procédés entre voisins

Published by Cédric on June 26, 2015


Il aura suffi d'un TED Talk de Rachel Botsman pour décider Edward Schults à franchir le pas de l'entrepreneuriat. Si l'économie collaborative et la numérisation des échanges résonnent chaudement dans l'actualité en ce moment même, cet alumni du Wagon est bien décidé à se plonger dans la bataille.

Avec Lovely Hood, son objectif est double: fluidifier les échanges de biens et services entre particuliers et y incorporer une notion de proximité, afin de créer le lien de confiance entre individus, nécessaire aux microtransactions.

Lovely Hood, présentation du concept

Comment a germé l'idée de Lovely Hood ?

Après mes études en école d'ingénieur et d'un master en finance à La Sorbonne, j'ai travaillé en audit puis en conseil en finance. Fin 2013, j'ai eu envie d'autre chose et à force de lectures sur le milieu startup, j'ai fini par attraper le virus de l'entrepreneuriat. Également passionné par le phénomène de l'économie collaborative, j'ai commencé à dresser les contours et à imaginer l'embryon de Lovely Hood.

Tu as donc enchaîné avec le Wagon ?

Pas exactement, j'ai commencé par chercher un développeur/CTO en mars 2014. Suite au premier rendez-vous, j'ai été surpris et un peu dérangé par le rapport de force qui émanait du développeur. Ce mauvais feeling m'a fait prendre conscience de l'obligation d'apprendre à coder pour mener mon projet à bien.

J'ai commencé par regarder du côté des formations en ligne et c'est à ce moment-là que j’ai entendu parler du Wagon et du programme Cet été je code. La qualité était au rendez-vous et du coup j’ai décidé d’embarquer pour le programme Fullstack en fin d'année dernière.

En parallèle de Lovely Hood j'ai lancé deux side-projects : le premier est une application pour stocker les digicodes de vos amis, le deuxième, réalisé en collaboration avec Thomas Chrétien, est un site pour consulter rapidement toutes les dernières actualités de la scène tech : Freshest.

Edward Schults, fondateur de Lovely Hood

Peux-tu définir le service en une phrase ?

J'ai longuement observé des plateformes comme AirBnB, Drivy ou encore OuiCar qui mettent en avant le partage de gros actifs (maison, voiture). Je me suis simplement dit qu'il est possible d'appliquer les mêmes mécanismes en misant sur l'échange de plus petits actifs, mais sur de plus gros volumes, en ciblant les objets qu'il n'est pas forcément intéressant de posséder (appareil à raclette, perceuse...) ou nous utilisons rarement.

Donc pour répondre à la question, je dirai :

Faciliter les échanges de bons procédés entre voisins.

Pour moi ce n'est qu'une affaire de bon sens et particulièrement en zone urbaine. Paris par exemple, quand on songe deux minutes à la densité de population, imaginez à l'échelle d'un quartier le nombre d'objets en doublon qui prennent la poussière et s'entassent...

En terme de fonctionnalités, on retrouve bien entendu une liste des offres, une interface de gestion des réservations, une wish list, des commentaires, des notations, un système de paiement et une messagerie.

Lovely Hood, profile et liste des offres

C'est tout de même un pari audacieux, non ?

Les marketplaces sur ce marché sont nombreuses et beaucoup baissent les bras. Mais c'est un challenge que j'ai envie de relever. Si tu t'attaques au problème sous un angle différent, tu peux isoler certains freins et commencer à imaginer des solutions.

J'ai isolé deux points qui me semblent importants :

  • Le sentiment de propriété et la relation de confiance nécessaire pour confier ses objets
  • La rapidité et la simplicité avec laquelle on peut se procurer le bien ou le service

Pour répondre à ces deux critères, j'ai imaginé Lovely Hood comme un hub de quartier afin de créer un écosystème protégé dans lequel tout est accessible à moins de 10 minutes à pieds. Pour communiquer entre eux, les utilisateurs peuvent utiliser une messagerie directe ou se référer au wall sur lequel seront agrégées toutes les news et annonces de son voisinage.

L'idée est d'insérer une composante réseau social au sein de la marketplace afin de recréer la vie de quartier en 2015.

La place de marché permet de recréer l'offre, mais le jour où je vais sur Lovely Hood et que je ne trouve pas ce que je cherche, je peux laisser un message que mes voisins pourront consulter !

Lovely Hood, le social wall

Quel est ton prochain challenge désormais ?

Le développement de l'application touche à sa fin mais je continue d'améliorer l'ensemble lorsque des feedbacks d'utilisateurs remontent.

Je suis en plein dans la phase de 'remplissage'. J'essaye au maximum d'éviter le phénomène de la page blanche en invitant des nouveaux membres à poster des annonces. Cela passe par de la prospection physique en appuyant particulièrement sur la vision du projet. C'est un nouveau domaine auquel je me frotte et le moins que l'on puisse dire c'est que j'apprends énormément !

D'ailleurs, je profite de l'occasion pour préciser que je cherche un stagiaire pour venir me donner un coup de main sur cette problématique cet été. N'hésitez pas à me contacter sur edward@lovely-hood.com

À très vite sur Lovely Hood !

Notre voisinage peut nous faciliter la vie !www.lovely-hood.com est un nouveau site qui permet de se connecter avec son quartier.Quelqu'un veut tester ?

Posted by La Ruche qui dit Oui on Wednesday, June 24, 2015