Postulez maintenant

Suivre une formation intensive en Développement web tout en travaillant sur une thèse de maîtrise : retour d’expérience

J’ai toujours été une personne curieuse, toujours en train de faire dix mille choses à la fois, mais je ne me serais jamais imaginer faire un bootcamp tout en travaillant sur une maîtrise dans une langue étrangère.

Suivre une formation intensive en Développement web tout en travaillant sur une thèse de maîtrise : retour d’expérience
Partager l'article
Ce n'était pas facile, et le master est toujours en cours, mais étonnamment, l’expérience a été bien amusante! Voici comment j’ai commencé mon apprentissage du code tout en poursuivant des études de troisième cycle, et mes impressions sur ces deux expériences éducatives très différentes.

Comment je me suis retrouvé à faire les deux cursus en même temps 


Quand j’ai déménagé au Québec en provenance du Brésil, j’ai vite réalisé qu’il me fallait améliorer mon français. C’est ainsi que j'ai décidé de suivre un programme universitaire en Français en m’inscrivant à une maîtrise en communications, mon domaine. En travaillant sur ma thèse, j’ai découvert la formation intensive en Développement Web du Wagon, et je suis tombée amoureuse de sa mission éducative. 

Une chose en entraînant une autre, j'ai commencé à travailler à temps partiel pour Le Wagon. Même si je ne savais pas coder, c'était quelque chose que j'ai toujours voulu apprendre. Quand Le Wagon a lancé son programme à temps partiel à Montréal, je me suis dit que c’était l’opportunité pour moi de me lancer. 

Mon équipe m'a pleinement soutenu - merci à mes collègues! - et en peu de temps, j'ai appris à coder en travaillant au Wagon et en continuant mon master. Ce n'est pas nécessairement ce que j'avais prévu, mais j'ai tenté ma chance et je suis contente de l'avoir fait. J'ai terminé le bootcamp en Avril et j'ajoute actuellement la touche finale à ma thèse. Pour être honnête, les mesures de distanciation sociale que nous avons dû suivre en raison de la pandémie de COVID-19 m'ont en fait permis de donner le meilleur de moi-même dans les deux programmes. 

La différence entre les deux programmes 


Le rythme d’apprentissage 

Pendant mes études de master, j'ai appris à tout critiquer. La compréhension du travail de chaque auteur nécessite des recherches approfondies sur ses influences et ses points de vue. Il faut plusieurs allers-retours à travers de gros corpus de travail juste pour citer une seule personne. Même si c’est un travail qui prend du temps, j'apprécie son importance et j’ai beaucoup appris pendant ces longues heures de recherche. Le processus prend du temps et des fois je craignais que mon sujet de thèse ne soit plus pertinent au moment où je serai prête à le publier. Ce n'est pas le cas, et aujourd'hui, je suis fière de voir les résultats de ma patience et de mon souci du détail.

Pendant ce temps, au Wagon, c'était un tout autre rythme. L'objectif du programme est d’offrir un enseignement accéléré, axé sur la pratique et la recherche de solutions créatives aux problèmes, très adapté dans un contexte de lancement de produits technologiques. 

Le bootcamp nous a donné accès à énormément de ressources et outils et nous a guidés à travers les défis qui ont été construits pour nous exposer à de nouveaux concepts chaque jour. On ne peut pas s’y ennuyer, on a à peine le temps d’assimiler tout ce qu’il y a à apprendre pendant les 6 mois que durent la formation. 

Au final, je reste impressionnée d’avoir pu créer une application web complète en seulement 3 semaines de travail à temps partiel, deux soirs par semaine et le samedi. Je ne me suis jamais sentie aussi satisfaite, je n’ai jamais autant appris en si peu de temps!

La collaboration


Si je devais résumer mon expérience du bootcamp en un mot, ca serait la collaboration. Ce n'est peut-être pas la première chose qui vous vient à l'esprit lorsque vous imaginez un groupe de personnes qui codent, mais au Wagon, c'est un des fondamentaux dans le processus d’apprentissage. Les enseignants sont toujours disponibles pour vous guider lorsque vous êtes bloqué sur un problème, et vous pouvez compter sur vos camarades de classe pour vous aider à résoudre les défis. 

« Si je devais résumer mon expérience du bootcamp en un mot, ca serait la collaboration. Ce n'est peut-être pas la première chose qui vous vient à l'esprit lorsque vous imaginez un groupe de personnes qui codent, mais au Wagon, c'est un des fondamentaux dans le processus d’apprentissage. »

Plus vous collaborez, mieux c'est, car vous apprenez beaucoup de vos interactions avec vos camarades de classe et les enseignants. Il est très utile de comprendre le processus de réflexion de quelqu'un d'autre pour comprendre les différentes approches possible à un même problème. Les projets de groupe sont à mon avis, la meilleure partie du programme. Nous avons mis en pratique tout ce que nous avons appris et développé nos compétences en gestion de projet. 

J'ai également eu l'occasion de collaborer avec des gens formidables dans mon programme de maîtrise, mais j'ai remarqué une énorme différence. Mon directeur, un collègue francophone et un doctorant effectuant des recherches sur un sujet similaire ont tous généreusement partagé leurs expériences pour m'aider tout au long de mon cheminement. Ces échanges ont été bénéfiques mais contrairement au bootcamp, je n'ai pas eu la chance de collaborer avec la plupart de mes autres camarades de classe de master. 

Faire face aux difficultés et aux erreurs 


Les bugs font partie du quotidien d’un développeur. Pendant le bootcamp, nous avons appris à les accepter, les résoudre et aller de l’avant. Faire des erreurs fait partie intégrante du processus d’apprentissage. Chaque solution trouvée après des heures de blocage a été une victoire inestimable. La résolution quotidienne des problèmes liés au code est une activité étonnamment gratifiante.

Du côté du master, ma relation avec les erreurs était un peu différente. Malgré les efforts de mes professeurs pour créer un environnement favorable, je ne pouvais m'empêcher de me sentir mal face à mes erreurs. Cela venait surement du fait que faire un master en Français était bien en dehors de ma zone de confort ou peut-être est-il simplement plus difficile d’assumer ses erreurs dans le monde académique. J'imagine que d'autres personnes ont eu des expériences différentes et je ne peux parler que pour de mon ressenti. Maintenant que j'ai presque fini ma thèse, j'ai un grand sentiment d'accomplissement, mais c'est un sentiment qui aura mis du temps par rapport à mon expérience avec le code. 

Si c’était à refaire …  


Si c’était à refaire ? Je ferais surement les choses différemment. En commençant par faire la maîtrise dans ma langue maternelle pour la faire traduire ensuite en français. J'ai appris beaucoup en français, mais je choisirais un autre type de programme adapté à l'apprentissage des langues.

Quant à combiner le master et la formation intensive, je referais la même chose sans hésiter. J'ai adoré le format à temps partiel et j'ai beaucoup appris. Le rythme est toujours intense, mais la nature du programme à temps partiel laisse plus de temps pour revoir les concepts si besoin. Je suis tellement plus autonome après cette expérience et j’ai l’impression que je peux tout faire maintenant.

Des regrets ? 

Je ne regrette rien car, c'est avec les erreurs que nous faisons que nous apprenons le plus. La chose la plus importante est de continuer à apprendre et essayer de nouvelles choses. 

Vous souhaitez en savoir plus sur la formation de 9 semaines du Wagon ?
Téléchargez le syllabus
Continuer la lecture
Graduate stories

Pourquoi les compagnies tech recrutent nos gradués

Nous avons échangé avec Yannick Bessette, fondateur et CEO chez Beslogic suite au récent recrutement de six de nos alumni comme développeurs junior dans son entreprise. Beslogic est une compagnie en technologie de l’information qui a décidé d’innover en regardant sur le marché pour trouver des vrais passionnés du code. Ils ont comme mission de créer des solutions personnalisées pour les organisations de toutes sortes.

Learn to code

Neuf semaines au Wagon Marseille

Pendant quarante-cinq jours, Alina, Céline, Chloé, Éric, Ismet, Laurie, Paul et Samuel ont codé jour et (presque) nuit. Ils ont aussi dansé la salsa au 167 rue Paradis, maîtrisé l’art du parfait burger, apprivoisé notre percolateur et se sont découvert une passion pour le CrossFit.

News

Soutenir les entreprises d'ici en formant les femmes à la technologie

Pour plusieurs entreprises du Québec, le virage technologique est devenu inévitable, que ce soit pour pivoter face à la crise actuelle ou pour adapter leur main d’oeuvre à la réalité du télétravail. Mais comment réussir un tel virage dans un secteur connu pour manquer de main d’oeuvre qualifiée?

Vous souhaitez rejoindre la meilleure formation intensive au code ?

Nous sommes dans 39 villes dans le monde.