Postulez

Se lancer dans la Fashion Tech : le parcours de Stéphanie Smith, founder & CEO à ModaResa

Conseillère stratégique d’achat dans le secteur de la mode, Stéphanie a rejoint le batch #85 en 2017. Son objectif était de monter en compétences et de se former au développement web, afin de lancer ModaResa. Actuellement membre de la Maison des startups LVMH, l'accélérateur des startups du Luxe à STATION F, elle partage son expérience au Wagon Bordeaux.

Se lancer dans la Fashion Tech : le parcours de Stéphanie Smith, founder & CEO à ModaResa
Avec notre alumni Stephanie Smith CEO chez ModaResa En savoir plus sur Stephanie
Partager l'article
Peux-tu nous parler de ton expérience professionnelle avant le Wagon ? Que faisais-tu ?

Après des études à Sciences Po Paris j’ai travaillé dans un bureau de conseil/d’achats parisien dont les clients étaient des magasins de luxe à l’étranger (l’équivalent des Galeries Lafayettes ou du Bon Marché). 
 
Mon travail consistait à proposer du conseil stratégique d’achat pour ces magasins sur le marché français : j’étais l’interaction entre les points de vente et des marques établies, telles que Dior ou Balmain, mais aussi des marques émergentes qu’on pouvait découvrir sur les multishowroom ou salons.
Concrètement, mon rôle était de rencontrer ces marques et de prendre la décision de ce qui était à mettre en avant pour nos clients. J’avais ensuite une collègue qui était en charge de la prise de rendez-vous avec toutes les marques pendant les Fashion Week. 
Ces périodes nous soumettaient à un rythme soutenu de prises de rdv à Paris, à Londres, à Milan, à New York… L’objectif était de rencontrer un maximum de marque et assurer les achats pendant ces sessions de vente intenses. 


Qu’est ce qui t’a amené à suivre une formation en Développement Web, et pourquoi avoir choisi de la faire au Wagon ?


Après cette expérience, je voulais développer un outil innovant qui repensait totalement la manière de coordonner tous ces showrooms pour faciliter la tache pour les marques autant que pour les acheteurs. Mon souhait était de rendre ces périodes d’enjeux financiers importants, plus fluide et empowering grâce à la technologie. 
 
Avec mon manque de compétences en tech à ce moment là, j’ai pris conscience qu’il fallait que je monte en compétences de manière concrète pour mieux comprendre comment monter un produit web. Plus largement, je voulais être capable de faire un benchmark pour mieux comprendre quels développeurs et ingénieurs recruter, pour ensuite communiquer avec eux de la manière la plus adaptée et mieux partager ma vision de ce que serait l’application.
Je voulais avoir des compétences approfondies et être en mesure de comprendre toutes les étapes de conception d’un produit, pas seulement faire du HTML et du CSS. 
 
C’est pour cela que j’ai rejoint le Wagon.


Quel souvenir gardes-tu de ton passage par le Bootcamp du Wagon à Bordeaux ?


Ce qui m’a marqué et même touché pendant cette expérience d’acquisition de compétences, c’était de constater qu’avec de la volonté, de l’envie et de l’ouverture d’esprit, on peut tout apprendre. Peu importe les expériences passées. Rien n’est impossible.
Pour ma part, il est clair que j’ai toujours aimé les maths et que j’ai l’esprit qui va avec. Pour autant, je n’avais jamais touché du code.
Ce qui m’a le plus surpris, c’est ce passage du stade de « je n’y connais rien » à une compréhension globale. Soudainement, tout était lié. 


Qu’y as-tu appris de plus marquant ?


Ce que j’ai appris, c’est que, à présent, je peux tout faire seule et faire par moi-même. Ce qui a été déterminant pour la suite de ma route entrepreneuriale. 
Pour le dire simplement : Sky is the limit !


Depuis, tu as créé ModaResa, une application facilitatrice dans le monde de la Fashion Tech. Peux-tu nous en dire un peu plus : de quoi s’agit-il ? Où en es tu et quelles sont les étapes à venir ?


ModaResa est un application B to B Web destinée aux marques de mode aujourd’hui qui leur permet de fluidifier toute la gestion de rendez-vous d’achat, qu’elle soit physique ou virtuelle, avec les points de vente dans le monde entier. Elle permet également de collecter tous les retours de ces points de vente pendant les rdv en showroom. 
 
L'objectif à terme est d’impacter le mode de voyage grâce à un produit qui permet aux acheteurs du monde entier de mieux planifier leurs sessions de voyage. En optimisant les itinéraires d’achat et de vente il y aura de fait des conséquences directes sur l’impact carbone de l’industrie liée à l’achat B to B. Nous mettons à disposition des marques des outils centralisés en temps réel qui leur font économiser du temps (meilleure organisation) et renforcent leurs équipes pour mieux gérer leur showroom et planifier leur vente. 

Aujourd’hui, nous travaillons avec de belles marques contemporaines indépendantes qui sortent des sentiers battus comme Jacquemus, Marine Serre, Nanushka, et espérons onboarder une multitudes de nouvelles marques !
Nous avons la chance d’être accéléré par le groupe LVMH, au sein de la Maison des Startups à la STATION F et sommes en train de faire évoluer notre super équipe, avec de nouvelles recrues Tech. N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil régulier à nos annonces ;).

Qu’as tu envie de dire aux entrepreneur.e.s qui songent à rejoindre le Wagon pour mettre en oeuvre leur projet ?


La seule limite c’est toi. 
Tu peux faire ce que tu veux en y mettant de la volonté, ton coeur, ta justesse et de l’intégrité. Une fois cette conviction acquise, l’apprentissage du code est un bonheur.

Mon autre conseil, c’est de profiter un maximum des nouvelles rencontres et de l’esprit d’entraide propre aux bancs d'étudiants.
Pour moi le Wagon était un nouveau départ. Au delà de l’apprentissage des compétences techniques, c’est une expérience qui m’a permis de rencontrer des gens avec des bagages différents, et une aspiration commune forte qui nous a tous unis.

Le Wagon est le meilleur moyen de se remettre dans le bain et de renouer avec sa motivation.
Vous souhaitez en savoir plus sur les formations du Wagon ?
Go further illustration

Êtes-vous prêts à apprendre à coder ?

Nous sommes dans 44 villes dans le monde.

Laptop illustration