Postulez maintenant

De maître d'arme à développeuse, le parcours de Stéphanie

Ancienne escrimeuse de haut niveau, Stéphanie s'intéresse au code en s'occupant des sites web de ses clubs. Après avoir acquis des bases en HTML et CSS, elle décide de s'inscrire au Wagon pour reconvertir en tant que développeuse. Retour sur son parcours atypique !

De maître d'arme à développeuse, le parcours de Stéphanie
Partager l'article

Quel est ton parcours ?

J’ai débuté l’escrime à l’âge de 6 ans. J’ai fait partie de l’équipe de France d’épée dans les années 90, puis j’ai été amenée à gérer le double projet : études universitaires (bac+5 en biologie) / sport de haut niveau (multiples sélections aux championnats du monde juniors et seniors, et aux Universiades).
Stéphanie lors d'une séance de coaching.
Ensuite j'ai décidé de transmettre ma passion de l’escrime en devenant maître d’armes. J’ai ainsi enseigné ce sport à différents publics : enfants et adultes, valides et handicapés. En tant que responsable de deux clubs, j’ai également formé des cadres (enseignants et arbitres), géré les projets de développement des structures et organisé des compétitions.



Qu’est-ce qui t’a poussé à apprendre à coder et plus particulièrement au Wagon ?

Je suis à l’origine de la conception des sites web de mes deux clubs via un CMS et j’en assurais la mise à jour quotidienne en tant qu’administratrice. Par ailleurs, j’ai toujours eu une appétence pour l’outil informatique. Donc, quand l’idée d’une reconversion professionnelle s’est imposée, je me suis renseignée sur les métiers du web et en particulier le métier de développeur.euse. J’ai commencé à apprendre quelques rudiments de code en ligne avec Openclassrooms, et j’ai tout de suite accroché !

Je manquais de perspectives d’évolution et j’ai ressenti le besoin de changer d’orientation professionnelle afin de relever un nouveau challenge !

Mon choix s’est ensuite porté sur Le Wagon, pour de multiples raisons : la qualité de la formation est reconnue par les professionnels et les alumni. J’ai eu l’occasion de découvrir les intervenants et la pédagogie employée lors de différentes sessions de formation en ligne et le réseau des alumni est développé et actif. 
Stéphanie (à gauche) lors du Nice-Breaker : l'événement incontournable de speed-meeting du Wagon.

Pourquoi apprendre à coder quand on est maître d’arme ?

En fait, ce qui me motive dans le travail, c’est de développer des nouvelles compétences et d’évoluer dans ma pratique professionnelle. Or, après avoir exercé le métier de maître d’armes pendant une quinzaine d’années, formé des élèves qui ont participé à des compétitions internationales, obtenu le diplôme le plus élevé possible en tant qu’éducateur sportif (DESJEPS), je manquais de perspectives d’évolution et j’ai ressenti le besoin de changer d’orientation professionnelle, afin de relever un nouveau challenge !

Comment s’est passée ton expérience au Wagon ?

Avant de démarrer la formation, j’avais quelques interrogations notamment sur le rythme d’apprentissage… mais finalement, tout s’est très bien passé ! C’est vrai que le rythme est très intense, et il faut être prêt à se consacrer à 100% au code pendant toute la durée de la formation.

On est très bien encadré et soutenu par l’équipe enseignante, qui est vraiment impliquée pour nous faire progresser. Les apprentissages du matin sont immédiatement mis en pratique dans des exercices concrets pendant la journée, et j’ai trouvé le principe d’échange avec son buddy très enrichissant dans les deux sens. 

Je vois ces deux mois de formation au Wagon comme la première belle étape de ma reconversion professionnelle.

En fin de formation, on se retrouve dans un contexte proche du milieu professionnel puisque nous devons réaliser toute la démarche projet pour donner vie à une application web concrète : rédaction des users stories, réalisation d’un mockup, code et implémentation des fonctionnalités, déploiement sur heroku, et tout cela en équipe ! Tous nos acquis sont mobilisés durant un sprint de quinze jours très intense qui se termine en apothéose avec la présentation de l’application lors du Demoday !
Stéphanie lors du demoday a pitché son projet : Train Up.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Mon objectif est de décrocher un emploi de développeuse web, afin de m’intégrer dans une équipe et de continuer à progresser. En attendant, je travaille sur des projets personnels pour me constituer un portfolio et approfondir les connaissances acquises au Wagon. Le travail en freelance pourrait aussi m’intéresser, même si cela n’est pas ma priorité. 


Un dernier mot ?

Je vois ces deux mois de formation au Wagon comme la première belle étape de ma reconversion professionnelle, et cela restera une expérience marquante dans mon parcours. Je suis fière d’avoir relevé ce défi et je tiens à remercier toute l’équipe du Wagon Paris pour le soutien qu’elle apporte à ses alumni !
Vous souhaitez en savoir plus sur les formations du Wagon ?
Continuer la lecture
Learn to code

Soleil, code et calanques : changez de vie au Wagon à Marseille

Été rime si bien avec apprendre à coder. Les conditions IF, avec le Château d’If. Bref. En juillet, vous pouvez changer de vie. Vous pouvez aussi le faire au soleil.

Learn to code

Suivre une formation intensive sur 9 semaines quand on est parents

Le 6 avril dernier, Victor et Noéline se sont lancés dans une nouvelle aventure au Wagon. Ils ont suivi la formation en développement web en plein confinement avec de jeunes enfants. Aujourd'hui, ils reviennent sur leur expérience et vous donnent leurs conseils en tant que jeunes parents pour relever le défi Wagon.

Graduate stories

Thanh : d'étudiante à Lead teacher au Wagon

Thanh débute sa carrière en tant qu'analyste VC à Singapour. Cette expérience tech lui donne envie d'apprendre à coder et c'est ainsi qu'elle rejoint les bancs du Wagon en 2018 avant de se lancer en freelance. En octobre dernier, elle fait son retour en tant que Lead Teacher & Développeuse pour aider les étudiants tout au long de leur formation !

Go further illustration

Êtes-vous prêts à apprendre à coder ?

Nous sommes dans 40 villes dans le monde.

Laptop illustration