Postulez

Edouard et Louis : cursus jumelés et promesses d’avenir dans la Growth

Etudiants passionnés par l’esprit startup et l’entrepreneuriat, Edouard et Louis ont rejoint le Batch #276 à Bordeaux pendant leur année de césure de Master d’école de commerce. Leur ambition ? Associer compétences business et techniques pour se spécialiser en growth marketing.

Edouard et Louis : cursus jumelés et promesses d’avenir dans la Growth
Partager l'article

Parlez-nous de votre background ! Quel était votre parcours avant le Wagon ?


Louis : Au niveau de notre background académique, on a tous les deux fait un IUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) dans deux villes différentes. Après ça, on avait tous les deux envie de venir à Bordeaux, et de faire une école de commerce ensemble. On a choisi de faire un master parcours «business connecté» à Kedge. 

Edouard : Professionnellement, à la base on avait un profil de sales « full stack », de la création de listes de prospects jusqu’au closing. Pendant notre année de césure de master, on est parti vivre à Bali. Là-bas, on travaillait tous les deux en tant que freelance pour Kymono. C’est là qu’on a postulé au Wagon.

Vous avez donc décidé de faire ensemble la formation du Wagon après vos études alors que vous étiez à Bali sous les cocotiers. Qu’est ce qui vous a amené à faire ce choix ?


Louis : Quand on était à l’IUT, on a commencé à s’intéresser au milieu de l’entrepreneuriat, de la tech et des startups. On a regardé beaucoup de vidéos de The Family et de Y Combinator.
Un jour on est tombé sur un talk de Jérémy Goillot au Wagon - qui aujourd’hui est mon manager - où il expliquait comment il automatisait la génération de lead chez Spendesk, pour faire gagner du temps aux équipes commerciales. C’est comme ça qu’on a connu le Wagon. Ça nous a fait un déclic puisque en tant que sales, ce qu’on préférait c’était l’avant-vente… Tout ça nous a mené à la Growth.

Edouard : On s’est demandé où on voulait être dans 2 ans et comment faire pour y arriver. On a regardé des profils LinkedIn pour en savoir plus sur les parcours qui nous inspiraient, et beaucoup avaient fait le Wagon. On s’est dit qu’il fallait qu’on le fasse nous aussi ! 
Pendant notre 1ère année à Kedge, on a assisté à un cours de Bertrand, le Driver du Wagon Bordeaux, qui nous a vraiment plu. A la fin du cours, on lui a expliqué qu’on était intéressé par la formation. Une fois à Bali on a mis de l’argent de côté et on a décidé de le recontacter pour s’inscrire à la formation Développeur Web.

Que retenez-vous de votre passage par le Wagon par le Boot Camp ?


Louis : Quand on a fait Le Wagon, on savait qu’on ne voulait pas devenir développeurs. En plus des compétences techniques on cherchait un état d’esprit.
Le Wagon va beaucoup plus loin que l’apprentissage d’un langage ; ça nous apprend à trouver des informations, à être plus autonomes et à prendre confiance en nous. 

"Au final, on a « appris à apprendre »."

Edouard : Dans le milieu de l’entrepreneuriat, le background académique n’est pas super important, c’est l’expérience qui prime.
Ce qui est valorisant pendant cette formation, c’est que tu apprends vite et surtout c’est du concret. Chaque jour on te donne une leçon et tu la mets en pratique. Du coup, tu vois tes progrès au quotidien. C’est un peu comme une alternance.

Louis : Il y a des cours, mais aussi beaucoup de travail en autonomie, ou en binôme avec des promos qui sont soudées. Tu codes avec des gens qui viennent de tous les horizons, que tu n’aurais pas connu ailleurs. C’est très formateur !

Edouard : Il y’a un esprit de famille, d’entraide, avec une ambiance communautaire. Louis et moi, on évolue dans un métier nouveau, où tu te formes par toi même. On fait beaucoup de calls avec nos pairs, et quand tu échanges avec quelqu’un qui a fait le Wagon ça ajoute un lien. On est resté en contact avec les gens de notre batch qui sont devenus des potes alors que sans le Bootcamp, on aurait eu peu de chance de les rencontrer. 

Louis : Même s’il y a des différences d’âge et de parcours, ce qu’on a aussi aimé c’est la diversité des profils et l’entraide entre les élèves. 

Aujourd’hui, vos carrières se sont orientées vers le Growth Marketing. En quoi votre formation en dev web rend votre expertise plus complète ? 


Edouard : Coder ça nous a apporté de la flexibilité et nous a amené à trouver des outils utiles pour la growth. Ça nous a permis de gagner du temps sur les missions de prospections qui étaient très chronophages.

Louis : On avait aussi un enjeu de communication: puisqu’on travaillait avec des développeurs, il fallait qu’on puisse les comprendre.

Edouard : Et puis, les compétences en développement web sont importantes pour monter une entreprise, et c’est ce qu’on aimerait faire un jour. 

"Le codage ouvre des portes, ça permet d'aborder les choses d’une autre manière."

Louis : Sans le Wagon, ça aurait été compliqué d’intégrer la team Growth de Spendesk. Sans diplôme d'ingénieur, mais avec un profil plus business, le bootcamp est indispensable car les équipes ont une ADN très tech. La formation au Wagon était un passage obligé.

Edouard : De mon côté, j’évolue dans une plus petite structure : chez Spendesk, il sont 220. A Upflow, où je suis… nous sommes 15 dans l’équipe. Dans ce contexte, la dynamique est différente. Il faut être « builder », savoir créé, être curieux… Le Wagon m’a vraiment aidé à avoir ce « mind set ». La technique qu’on a pu acquérir nous amène de la croissance, et donc des nouveaux clients.

Qu’avez vous envie de dire aux étudiants qui pensent rejoindre le Wagon, mais n’osent pas encore se lancer ?


Louis : Il ne faut pas hésiter à se renseigner, à être curieux. Se renseigner sur les métiers en allant voir sur Linkedin.

Edouard : C’est ce qu’on a fait, on a demandé beaucoup de retour d’expérience d’alumni avant de se lancer. Le Wagon c’est une vraie communauté, il y a un esprit de famille. On s’entraide avant, pendant et après la formation.

Louis : On conseille aussi aux futurs étudiants du Wagon d’avoir une idée, une trajectoire, un projet. Savoir ce qu’on veut faire après, ça motive et ça aide vraiment. 

C’est une invitation à vous écrire pour vous demander votre avis ? 

 
Edouard : On est ouverts !

Louis : Si on peut aider, avec plaisir.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire ! Retrouvez le parcours de Edouard et de Louis sur LinkedIn pour échanger avec eux sur l'expérience Wagon ! 

Vous souhaitez en savoir plus sur les formations du Wagon ?
Go further illustration

Êtes-vous prêts à apprendre à coder ?

Nous sommes dans 44 villes dans le monde.

Laptop illustration