Choisissez une ville

Comment Le Wagon m'a permis de créer ma startup

Henri aime la musique live, et a fait de son projet du Wagon, une belle histoire entrepreneuriale : LiveTonight.

Avec notre alumni Henri Jousse CEO chez Live Tonight En savoir plus sur Henri
Partager l'article

Qu’est ce qui t’a conduit à faire Le Wagon en 2016 ?

Quand je me suis inscrit au Wagon, je sortais d'école de commerce et je voulais travailler dans le digital. J’avais rencontré plusieurs personnes du secteur qui m’avaient dit que savoir coder c’était un vrai plus aujourd’hui mais que dans 10 ans tout le monde saurait coder et que ce serait un handicap, dans ce secteur, de ne pas savoir coder. En parallèle, j’avais envie d’entreprendre depuis toujours et je me suis dit que ce bagage technique pourrait me permettre de me lancer très vite le moment venu.

Tu avais déjà l’idée de LiveTonight en tête avant de venir au Wagon ?

Non ! J’étais passionné de musique live et je regrettais qu’elle ne soit pas plus présente en France. A la fin du Wagon, on doit bosser sur un projet et développer en 2 semaines un MVP. J’ai choisi de développer une plateforme qui mettait en relation des bars et des musiciens pour m’éclater. Sauf qu’à l’issue des 2 semaines de code intensif, je me suis rendu compte que j’avais un produit qui tenait la route alors je me suis dit “pourquoi ne pas essayer de faire connaitre LiveTonight maintenant que j’ai un site !“.
Pratique de pouvoir mettre les mains dans le code !

Un MVP développé pendant la phase projet du bootcamp et après ? (Tu nous résumes les 2 années qui viennent de s’écouler)

A l’issue du Wagon j’avais donc un MVP. J’ai trouvé un associé, un ami à moi passionné de musique, et on a lancé la première version de LiveTonight en novembre 2016 (le temps de continuer de développer quelques fonctionnalités sur le site, de faire s’inscrire quelques musiciens et de bosser sur les quelques trucs légaux qui accompagnent toute création d’entreprise). Après quelques mois de travail, on s’est rendu compte qu’on ne vivrait jamais de LiveTonight dans sa forme actuelle, le Product Market Fit n'était pas bon.
Mais on tenait à l'idée et s’est rendu compte en bossant dessus que, sur le marché de la musique live dans son ensemble, il y avait trois problèmes en France: la difficulté de trouver le groupe de musique idéal pour son événement, la difficulté de l’engager légalement et la difficulté de le financer.
On a donc “pivoté” pour créer une plateforme qui répond à ces trois problématiques et passé des mois à échanger avec des musiciens et avec nos premiers clients pour construire un produit qui leur correspond. Puis, la mayonnaise a commencé à prendre et aujourd’hui on en vit, l’équipe s’agrandit et on vient de racheter nos concurrents !


Avec le recul, apprendre à coder t’a apporté quoi dans ton parcours d’entrepreneur ?

Si je n’avais pas su coder, j’aurais du à faire appel à un freelance et la première version du site m’aurait coûté 20 000 euros. Si on compte les fonctionnalités en plus et le gros pivot de l’entreprise, ça nous aurait coûté très, très cher ! Autrement dit, sans ce bagage technique que m’a donné le Wagon, LiveTonight ne serait sûrement pas né et ne serait quoiqu’il arrive pas là où on en est aujourd’hui. Même si aujourd’hui je ne code plus, cette compétence technique m’accompagnera toujours, notamment pour faciliter mes échanges avec le CTO: le produit sur internet est central et savoir coder devient indispensable, que l’on soit dev ou non.

Un conseil pour les entrepreneurs en devenir ?

Sur la partie technique, il est indispensable de savoir coder ou d’être associé avec quelqu’un qui sait coder. Un projet pivote en général pas mal de fois avant de trouver sa forme finale; si on doit payer des freelances à chaque fois, cela coûte trop cher et ce n’est pas viable.
Sur la partie entrepreneuriat en général, il faut être hyper passionné et très, très motivé. Une fois encore, un projet connait en général de très nombreux échecs et d’innombrables désillusions; c’est ce qui conduit à remettre le projet en question et à adapter le produit pour qu’il réponde à une vraie problématique. Il faut savoir rebondir sur tous ces échecs et si l’on n’est pas passionné et ultra déterminé, l’envie d’abandonner prendra le dessus et l’aventure s’arrêtera avant de s’être concrétisée.
Merci Henri et longue vie à LiveTonight !
Vous souhaitez en savoir plus sur la formation de 9 semaines du Wagon ?
Téléchargez le syllabus
Continuer la lecture
Learn to code

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les APIs

Les APIs sont légions sur le web et offrent simplement et rapidement la possibilité de démultiplier la force de vos applications. De la définition de l'acronyme en passant par la notion de webhook et quelques exemples d'utilisations, Sebastien Saunier, CTO du Wagon, vous invite à découvrir les bases de ce nouvel enjeu stratégique pour votre projet.

Graduate stories

Comment Karine à co-fondé Poulpe, agence de création digitale

Graphiste print de formation, Karine travaille plusieurs années en agence avant de se lancer en freelance. Après avoir suivi la formation du Wagon, elle co-fonde Poulpe, agence de création digitale à destination des porteurs de projet, TPE & PME.

News

Roadstr, location de voitures vintage entre particuliers

Amateur de belles voitures depuis l’enfance, Thomas Ceccaldi lancera le 31 octobre prochain Roadstr, un service de location de voitures vintage entre particuliers. La promesse est belle pour tous les amoureux d’épopées en vieille cylindrée ainsi que pour tous les passionnés d’asphalte. Spotlight sur le parcours de cet ancien élève du Wagon et son projet.

Vous souhaitez apprendre à coder en 9 semaines ?

Nous sommes dans 35 villes dans le monde.