Postulez maintenant

Jérémy et Claire : leur formation en développement web confinés

Lundi 6 avril, 65 étudiant.e.s des batches #400 et #401 en développement web faisaient leur rentrée virtuellement au Wagon Paris. Découvrez comment Jérémy et Claire ont vécu ces 9 semaines de code intensif et confinés.

Jérémy et Claire : leur formation en développement web confinés
Partager l'article

Que faisais-tu avant de rejoindre le bootcamp du Wagon  ?

Claire : Avant Le Wagon, je travaillais dans la communication côté agence. Après quelques années en agence mode, luxe, beauté, j’ai décidé de monter ma propre agence : Highdeaz, en la basant sur un réseau d’indépendants pour favoriser une approche agile dans la gestion de projet. On était à l’époque du grand boom du Lean Startup Management et je faisais énormément de meetup dans le digital. J’allais écouter des conférences de jeunes startupers et c’est d’ailleurs comme ça que j’ai connu Le Wagon.

Je venais écouter le témoignage d’un jeune patron de startup à la Villa Gaudelet (Wagon Paris) et je me rappellerai toujours des mots du speaker ce soir-là qui déclarait en toute confiance : “Un patron, ce n’est pas quelqu’un qui additionne les succès mais au contraire quelqu’un qui collectionne les échecs et qui se relève en décidant d’optimiser son business jusqu’au prochain échec”. J’étais bluffée.

Je me suis sentie à ma place, dans cet univers et aussi dans le monde de la tech, je rejoignais totalement la pensée du management moderne. J’avais soif d’apprendre et d’entreprendre mais à l’époque, j’étais encore frileuse quant au changement d’orientation : Gestion de projets et Stratégie VS Développement Web.

Je n'aurais jamais pensé apprendre autant de choses en si peu de temps ! On était à distance et je crois que c’est ce qui m’a permis de me concentrer plus facilement. 

Jérémy : Avant de m'inscrire au Wagon j’ai commencé une belle carrière dans des restaurants 3 étoiles en tant que chef de cuisine pendant 8 ans et si on m’avait dit à l’époque que j’allais me réorienter vers la tech je n'y aurais jamais cru. C’est difficile de se faire à cette idée quand on travaille dans un milieu qui demande un engagement total. Je dis ça parce qu'il y a beaucoup de chefs qui en ont assez de leur quotidien et ça peut-être difficile de prendre du recul et de se remettre en question.


Qu'est ce qui t'a donné envie d’apprendre à coder ?

Claire : Je crois que j’ai toujours eu envie d’apprendre à coder, tout d’abord en voyant des films sur le sujet et par la suite dans le monde professionnel, en travaillant avec des développeurs web. J’avais envie de comprendre les mécanismes du développement et plus encore de monter mes propres applications. 

J’ai épuisé les sites pour apprendre à coder sur Internet de FreeCodeCamp à Codecademy en passant par l’application Mimo, tout y est passé. Seul problème : continuer de suivre un de ces parcours sur le long terme. 

Malgré ma bonne volonté et l’engouement des communautés d’entraide présentes sur ces plateformes, quitter quelques semaines le code pour se mettre la tête dans une reco pour un client, c’était oublier une bonne partie de ce que j’avais appris. C’est comme ça que j’ai décidé de poser mes valises, de mettre ma boîte en veille pendant 2 mois et de m’inscrire au Wagon.

La team du Wagon a été très réactive et nous a permis de vivre tous les évènements du bootcamp (soirées, témoignages de professionnels) à distance, nous permettant de vivre une réelle expérience humaine malgré l’isolement.

Jérémy : J’ai commencé à coder de mon côté il y a quelques mois. J’ai toujours eu une attirance pour le web, je trouve que c’est un milieu fascinant. J’aime beaucoup la logique qu’on retrouve dans le back-end, on m’a dit récemment quelque chose que je trouve très vrai : ”En back quel que soit le problème que tu as, si tu t’appliques et que tu réfléchis correctement tu finis toujours par trouver une solution, finalement il y a toujours une solution à ton code”. Je retrouve aussi une certaine liberté dans le front-end, il y a moyen de s’amuser un peu et de coder de façon créative. J’apprécie vraiment les deux parties.


Quelles étaient tes attentes en t’inscrivant au Wagon ?

Jérémy : Je voulais simplement en savoir plus sur le développement web et pourquoi pas en faire mon métier. Le Wagon c’est un gros investissement pour moi en temps et en argent. Je n'étais même pas sûr de pouvoir suivre étant donné que j’étais totalement étranger à ce milieu.
Afterwork à distance 🎉

Claire : En m’inscrivant au Wagon, je voulais tout d’abord avoir une vision globale, comprendre le panorama général des différents types de langages à utiliser et dans quels cas les utiliser. Bien évidemment, j’avais hâte de mettre les mains dans le cambouis et de commencer à ouvrir ma première page Sublim Text pour coder des algorithmes très complexes !

J’attendais aussi de vivre une expérience humaine : l’expérience “Bootcamp” dont je n’arrêtais pas d’entendre parler, de travailler en équipe sur des projets réels et surtout de m’amuser à développer des applications.


Comment s’est passée ton expérience à distance au Wagon ?

Claire : Mon expérience au Wagon a été très fructueuse. J’ai énormément appris et sur tous les domaines car la palette des langages enseignés est très variée. En plus des cours et des exercices, déjà très riches en terme de contenu, j’ai eu des professeurs qui m’ont accompagné et conseillé sur la suite de mes activités professionnelles, sur les possibles voies à prendre en fonction de mon profil. 

J’ai également eu des buddys incroyables avec lesquels nous avons développé un groupe de “codeurs solidaires” qui nous a permis d’avancer plus loin grâce au partage de connaissances mais également de créer une application web géniale que nous souhaitons vraiment lancer en application mobile après la formation !

Si je peux donner quelques conseils à appliquer lors de la formation : ne soyez pas timide, posez des questions, prenez des notes ! 

Jérémy : Je n'aurais jamais pensé apprendre autant de choses en si peu de temps ! On était à distance et je crois que c’est ce qui m’a permis de me concentrer plus facilement. La méthode d’enseignement est déjà bien rodée et a fait ses preuves je pense en tout cas, ce que je peux dire c’est que ça fonctionne sur les personnes qui ne sont pas trop scolaires comme moi !

J’ai aussi été agréablement surpris par le fait que tout le monde s'est très vite parlé, malgré la distance, je ne pensais pas du tout que c'était possible et finalement j’ai pu bénéficier de ce ”réseau Wagon” qui est un des atouts pour lequel j’ai choisi cette formation. Je vais rester en contact avec les autres alumni car il y a une vraie bonne énergie. Une alumni a même créé un slack pour se pousser mutuellement à travailler après le Wagon ! C’est génial 💪


Comment t’es-tu organisé.e pendant la formation à distance ?

Jérémy : Je n'ai pas eu d’organisation spéciale, si je peux donner quelques conseils à appliquer lors de la formation : ne soyez pas timide, posez des questions, prenez des notes ! Et surtout pendant les exercices faites appel aux professeurs pour vous débloquer, moi j’ai eu du mal à le faire les premières semaines mais c’est normal de ne pas savoir, on est là pour apprendre.

Sur les conseils avisés de mes super teachers, je pense que continuer à me former dans une entreprise avec un mentor pour développer mes compétences en code serait la meilleure option. 

Claire : Faisant partie du batch "COVID-19", l’organisation s’est faite de manière plutôt simple. Réveil tôt le matin pour le 1er cours de la journée puis nous passions aux exercices en groupes pour lesquels nous avions l’habitude de nous entraider afin que tout le monde puisse avancer au même rythme. En fin de journée, le livecode de compétition où un teacher faisait en 30 minutes ce que nous mettions une journée à faire. Autant dire que nous avions tous hâte d’arriver à ce stade ! Ma journée se finissait quelquefois avec une aide supplémentaire de certains professeurs pour palier aux bugs de terminal de la journée, merci pour leur patience 😉

En ce moment je suis coaché par Tatiana (Talent Manager au Wagon) qui est là pour nous orienter et répondre à nos questions sur l’après Wagon. 

Par chance la team du Wagon a été très réactive pour prévoir la crise sanitaire et nous a permis de vivre tous les évènements du bootcamp (soirées, témoignages de professionnels) à distance, nous permettant de vivre une réelle expérience humaine malgré l’isolement. Nous avons pu vivre la phase projet sur le campus (nous étions déconfinés). Cela nous a permis de vivre les trois dernières semaines de manière intense et de tout donner sur la dernière ligne droite jusqu’au Demo Day. Nous avons tous eu l’impression de finir un marathon mais l’exaltation due au projet nous a maintenue en vie jusqu’à la minute finale.


Quel est ton projet après le Wagon ? 

Claire : Après Le Wagon, plusieurs voies sont possibles et la question n’est pas aisée car je dois faire un choix cornélien entre conserver mon entreprise et poursuivre ma carrière en développement web. Avant Le Wagon, je pensais continuer mon entreprise en la spécialisant en agence digitale, mais sur les conseils avisés de mes super teachers, je pense que continuer à me former dans une entreprise avec un mentor pour développer mes compétences en code serait la meilleure option.

Comme le design web me passionne, je pense m’engager dans cette voie et creuser tous les langages qui s’y rapportent. En tout cas, une chose est sûre, je ne m’arrêterai plus de coder maintenant !

Jérémy : Je vais continuer à me former, on n'apprend pas un métier en 9 semaines. Mais je sais que je vais bientôt pouvoir postuler dans une startup en tant que développeur junior, en ce moment je suis coaché par Tatiana (Talent Manager au Wagon) qui est là pour nous orienter et répondre à nos questions sur l’après Wagon. Elle m’aide à comprendre les codes et les bonnes pratiques pour être embauché en cette période de crise. 
Vous souhaitez en savoir plus sur la formation de 9 semaines du Wagon ?
Téléchargez le syllabus
Continuer la lecture
News

Roadstr, location de voitures vintage entre particuliers

Amateur de belles voitures depuis l’enfance, Thomas Ceccaldi lancera le 31 octobre prochain Roadstr, un service de location de voitures vintage entre particuliers. La promesse est belle pour tous les amoureux d’épopées en vieille cylindrée ainsi que pour tous les passionnés d’asphalte. Spotlight sur le parcours de cet ancien élève du Wagon et son projet.

Graduate stories

Des lignes de code pour donner vie à ses projets

Après une expérience dans un grand cabinet d'audit, Antoine décide de rejoindre les bancs du wagon. Ce créatif en quête de sens avait pour principal objectif d'acquérir des compétences techniques pour donner vie à ses projets.

Graduate stories

du code, de l'entraide et du bon temps (et du pédalo)

Les 12 et 13 juillet dernier avait lieu le HackerFest, un marathon d’innovation dans le cadre du Startupfest, le plus important festival des startups tech au Canada. Trois équipes d'alumni et professeurs du Wagon Montréal ont relevé le défi. Camille, développeuse fullstack et professeure au Wagon Montréal raconte.

Vous souhaitez rejoindre la meilleure formation intensive au code ?

Nous sommes dans 39 villes dans le monde.