Choisissez une ville

Roadstr, location de voitures vintage entre particuliers

Amateur de belles voitures depuis l’enfance, Thomas Ceccaldi lancera le 31 octobre prochain Roadstr, un service de location de voitures vintage entre particuliers. La promesse est belle pour tous les amoureux d’épopées en vieille cylindrée ainsi que pour tous les passionnés d’asphalte. Spotlight sur le parcours de cet ancien élève du Wagon et son projet.

Avec notre alumni Thomas Ceccaldi CEO chez Roadstr En savoir plus sur Thomas
Partager l'article

Peux-tu nous présenter Roadstr et l'origine de ton idée ?


Pour créer Roadstr, je suis parti d’un besoin qui était le mien. Depuis tout gamin je suis attiré par les belles voitures, mais ma vie citadine ne m’a pas permis d’assouvir cette passion pleinement. En jetant un oeil sur le web je n'ai pas trouvé d’offre de location pour ce que je cherchais, à savoir : une voiture plaisir, le bel objet, un véhicule en totale opposition du choix proposé chez un loueur traditionnel. Malgré l'existence des clubs de copropriété de voiture à l’image du Classic, Car Clubde Londres, rien ne correspondait réellement à mon besoin ni à mes finances du moment.

En me basant sur le principe de l'économie collaborative, je suis simplement parti du postulat qu’un véhicule de collection disponible à la location se cache forcément dans les alentours, où que vous soyez, pour un coût raisonnable.

Roadstr est identique à un service du type Airbnb. La particularité vient des modèles de voiture exclusivement situés entre les années 50 et 90, des modèles populaires comme une Fiat 500, une MG ou des modèles plus prestigieux du type Jaguar ou Porsche. Des voitures qui sortent de l’ordinaire et qui permettent aux passionnés comme aux amateurs de s'évader au volant d'une voiture d'un autre temps.

Quel est l'état d'avancement du projet ?

Cela fait huit semaines que nous avançons sur le développement du service. Je dis nous, car Jérome Borenstejn, un autre ancien du Wagon m'a rejoint dans l'aventure. De son côté il avance sur la partie back-end alors que je me concentre sur le front et l’UI. À une semaine du lancement de la bêta, prévu pour le 31 octobre, le service est presque prêt et nous mettons l'accent sur le recrutement de propriétaires afin de proposer un maximum de véhicules aux utilisateurs.

Nous commençons à fédérer des propriétaires en contactant les clubs de passionnés à Paris, à Lyon et dans le sud de la France. Plus de 600 000 voitures de collection existent en France et notre objectif à terme est d’avoir une offre sur tout le territoire en réunissant entre 2 000 et 3 000 références avant d’exporter le modèle en Europe.

Comment se passe la relation entre le locataire et le propriétaire d'un véhicule de collection ?

À la base nous pensions développer un site relativement simple qui propose des biens de propriétaires à des utilisateurs. Rapidement, nous nous sommes rendu compte que les choses étaient un peu plus complexes que cela, car le parcours client depuis la demande de location jusqu’à la restitution de la voiture après location est relativement long.

Les propriétaires ont besoin de savoir à qui ils louent leur voiture. Il est donc primordial de développer un outil abouti afin qu’ils puissent facilement échanger avec les locataires grâce à notre service.

Un autre point important sur lequel nous avons travaillé : l’assurance. En effet notre service n’est pas seulement de la mise en relation. L’intégralité des locations effectuées intègre une Assurance tous risques avec assistance 0 km. Nous fournissons des conditions d’assurance adaptées aux biens proposés : il faut 28 ans minimum et 5 ans de permis pour louer une voiture sur Roadstr.

Jusqu'à maintenant, les propriétaires perçoivent très rapidement l’intérêt de notre service. En tant que passionnés, ils apprécient particulièrement l'idée d'avoir eux-mêmes accès à de nouveaux véhicules à conduire très prochainement.

Comment perçois-tu l'apport du Wagon dans ton parcours entrepreneurial ?

Cela faisait 6 ans que je travaillais dans une agence de publicité au service de belles marques, principalement sur des projets de campagnes online. À 30 ans j’ai eu l'envie d’entreprendre et de créer mon propre service, ma propre marque. Afin d’y arriver, j’ai intégré le Wagon avec l’ambition de pouvoir développer une application par mes propres moyens, soucieux de réduire la distance entre l’idée et sa réalisation.

Les deux mois de formation ont été très intenses. La journée j’apprenais à coder et le soir j’avançais sur les autres parties du projet : l’identité de la marque, les premiers supports de communication, le produit d’assurance.

L'un des principaux avantages reste la qualité du réseau sur place. Par exemple, Thomas de Trackguru nous a donné un coup de main sur le design du service, Seb, le CTO du Wagon nous a beaucoup aidés à nous organiser pour travailler efficacement à plusieurs.

Ensuite l’apprentissage de Ruby en profondeur permet une utilisation optimale de Ruby on Rails et de ses nombreuses gems. Il devient très simple de jouer avec ces "briques" et d'ajouter de nouvelles features très rapidement à son application.

L’idée est de continuer à apprendre tous les jours afin d’améliorer notre produit sans cesse !

Un dernier mot ?

Petit kiff perso, nous allons peut être avoir une Porsche 911 de 1972 et quelques young timer rigolos à l’image d’une 205 cabriolet ! Si vous avez des questions n’hésitez pas à me contacter directement sur @thomasceccaldi ou à nous rendre visite sur le salon Epoquauto de Lyon du 7 au 9 novembre 2014.

Infos pratiques


Vous souhaitez en savoir plus sur la formation de 9 semaines du Wagon ?
Téléchargez le syllabus
Continuer la lecture
Learn to code

Est-ce que tout le monde peut apprendre à coder ?

Est-ce que tout le monde peut apprendre à coder ? Si tu te poses cette question, c'est que tu sais qu'il est important de maîtriser ces nouveaux langages, mais que tu as des doutes sur ta capacité à les apprendre. Pour te rassurer, rappelle-toi : il fut un temps où l'on se demandait si l’on pouvait tous apprendre à lire ! Oui, évidemment, tout le monde peut apprendre à coder : ce sera peut-être plus facile pour certains et il existe dans tous les cas quelques qualités essentielles pour y parvenir.

Graduate stories

Développeur freelance & musicien : Louis navigue entre ses deux passions

Musicien professionnel, arrangeur et réalisateur artistique passionné depuis plusieurs années, Louis suit la formation du Wagon pendant l'été 2018 pour apprendre à coder. Un an plus tard, il sillonne les routes en tournée et travaille en parallèle sur ses projets en tant que développeur freelance.

Learn to code

Au-delà de plusieurs lignes de code

Alors que la révolution numérique bat son plein, que les robots réforment le lieu de travail et que les ordinateurs font fonctionner de grandes parties des industries les plus performantes, apprendre à coder est sûrement un bon investissement pour l’avenir.

Vous souhaitez apprendre à coder en 9 semaines ?

Nous sommes dans 35 villes dans le monde.